Brioche Hokkaïdo

Pour le p’tit déjeuner du week-end j’aime bien préparer une tresse. Mes enfants aiment beaucoup les tartines à la confiture maison ou au miel pour déjeuner le matin.

Moi j’aimerais bien dormir jusqu’à midi (mais c’est bien évidemment impossible avec mon grand qui est au taquet dès 7h du mat’). Une fois le café coulé (très très important vital le café pour ne pas avoir l’air de sortir de réanimation) et tout le monde installé autour de la table, c’est un moment de partage que j’apprécie énormément.

Bon oublies ça ! J’avoue et je m’en excuse d’avance devant vous tous, mais je ne suis toujours pas du matin! Je subis toujours ma propre mauvaise humeur et je ne peux rien y faire… après quasi 35 ans je suis un cas désespéré. (Faute avouée à moitié pardonnée?)

Soit, mais reste que le weekend est le seul moment où on est pas sous stress avec le départ pour l’école ettoutettout alors on profite et on prend le temps.

Cette fois-ci j’ai voulu tester autre chose. Je voulais faire une brioche mais pas n’importe laquelle, non, une brioche Hokkaïdo!

La brioche Hokkaïdo nous vient tout droit du Japon. La particularité de cette brioche japonaise est qu’elle est élaborée selon la méthode « Tangzhong »

Le Tangzhong kessekeucé? Rien à voir avec le tube de Sisqó de 1999, non rien à voir! Vous vous souvenez ? « Thong song » c’était trop bien cette musique! Ouais … 1999, c’était « jadis » hein! J’étais jeune et belle… nostalgie bonjouuuuuuuuuuuuur! En fait non, suis juste un peu moins … jeune aujourd’hui…

Bref, la méthode Tangzhong est ultra simple et permet d’obtenir une brioche ultra moelleuse et qui se conserve beaucoup plus longtemps. Rien de compliqué à obtenir avec des ingrédients exotiques impossibles à trouver; il suffit juste de faire chauffer de la farine avec de l’eau et du lait (ou que de l’eau) à 65° pour une proportion de 1:5. Le Tangzhong donne une espèce de crème épaisse qui est ensuite incorporée au reste des ingrédients pour élaborer la brioche.

Cette méthode a déjà fait le tour de la blogosphère et il faut remonter jusque chez Christine une australienne d’origine chinoise qui raconte sur son blog que le Tangzhong est expliqué dans un livre appelé « 65°, bread doctor » écrit par une chinoise, Yvonne Chen. C’est, selon cette dernière, un « ingrédient secret » (originaire du Japon et adopté également par les chinois), qui donne au pain un moelleux incroyable.

Alors je plussoie Mme Chen (en japonais ou en chinois) mais effectivement, c’est la meilleure brioche que j’ai pu manger! Elle est incroyable, la mie a une texture magique et un petit goût euh… vraiment indescriptible! Il faut vraiment absolument tester cette recette, vous ne le regretterez pas. (D’ailleurs si vous ne la testez pas, j’arrête de vous donner mes recettes, NA!)

« Baby I know you want to show
Duh dun duh
That thong thong thong thong thong
« 

On arrête de danser hein, suis sûre que vous avec tapé « Thong Song Sisqo » dans Google, je me trompe ? Allez c’est parti!

Avec la quantité de pâte, j’ai réalisé 1 grosse brioche dans un moule à cake de 26 cm et 1 plus petite dans un moule de 20 cm.

Ingrédients pour la pâte à brioche:

  • 545g de farine
  • 95g de sucre
  • 8g de sel
  • 11g de levure sèche
  • 85g d’œuf entier (2, pesez 85g et gardez le reste pour la dorure)
  • 60g de crème entière
  • 55g de lait entier
  • 50g de beurre fondu
  • 185g de Tangzhong (50g de farine, 125ml d’eau, 125ml de lait entier)

Commencez par préparer le Tangzhong car il devra refroidir. Vous pouvez également le faire la veille (vous le conserverez alors au frigo).

Dans une poêle, mettez 50g de farine, ajoutez 125ml d’eau, puis 125ml de lait. Mélangez bien au fouet pour éviter les grumeaux.

Chauffez le mélange à 65° sur feu doux sans arrêter de mélanger. Si vous n’avez pas de thermomètre, le mélange doit épaissir petit à petit jusqu’à obtenir une consistance un peu comme une crème. Laissez refroidir.

Faites fondre 50g de beurre et réservez.

Dans la cuve du robot, versez 545g de farine et 11g de levure, mélangez.

Ajoutez 95g de sucre et 8g de sel.

Versez ensuite les ingrédients liquides: 60g de crème, 55g de lait, 85g d’œuf et 185g de Tongzhong. Pétrissez à vitesse lente pendant environ 10 minutes. (les ingrédients doivent être bien intégrés).

Ajoutez 50g de beurre fondu et continuez le pétrissage pendant 15-20 minutes. La pâte doit être lisse et élastique.

Couvrez le bol avec un linge humide et laissez lever pendant 50 minutes. (la pâte doit doubler de volume).

Dégazez la pâte sur le plan de travail. Séparez la pâte en 3 portions de 250g pour la grande brioche et divisez le reste en 3 parts supplémentaires pour la petite. (3 x 108gr pour moi).

Faites des boules en roulant la pâte avec la paume de la main et aplatissez-les avec le rouleau à pâte en rectangle (environ 9cm x 25 cm).

Rabattez les plus longs cotés au centre (pliage en portefeuille), puis roulez la pâte sur elle-même en escargot.

Placez les pâtons dans le moule à cake en laissant un espace entre-eux. (Faites de-même avec le restant de pâte pour le plus petit moule).

Laissez lever la pâte dans le four éteint avec juste la lumière allumée pendant environ 50 minutes. (La pâte doit bien gonfler et presque atteindre le haut du moule).

Préchauffez le four à 180°.

Badigeonnez les brioches avec le reste d’œuf battu.

Enfournez pendant 35 minutes (30 pour la plus petite). Si les brioches deviennent trop foncées, vous pouvez les couvrir avec du papier d’alu)

Démoulez et laissez refroidir sur une grille.

Avec ça, tout le monde devrait être de bonne humeur lors du petit déjeuner!

Suivez moi sur :
error

Laisser un commentaire